Publié le 19 avril 2020

Hommage d’Alain Bocquet

Hier matin, quand j’ai appris la dramatique nouvelle : « Déborah est décédée », le choc a été pour moi foudroyant. Être tuée en pleine jeunesse à 29 ans dans un tragique accident dans un instant d’insouciance, c’est cruel et injuste !

J’ai immédiatement témoigné à sa maman Fabienne, effondrée, de notre compassion et de tout notre soutien dans ces moments très douloureux pour elle et toute sa famille.

Déborah, je la connais depuis sa naissance, je l’ai vu grandir et s’épanouir. Il y avait entre nous une complicité, un respect et une estime réciproque. Elle avait toujours un sourire bienveillant qui éclairait son visage. Elle avait une âme d’artiste. Elle avait réalisé de brillantes études. Notamment à l’école nationale supérieure d’architecture de Strasbourg qui lui a permis d’obtenir un master architecture et archéologie, ou encore une licence en sciences humaines et sciences sociales à l’université de Lille, ainsi qu’un diplôme d’assistant des métiers de la publicité à l’institut Saint-Luc à Tournai. Elle était archéologue, dessinatrice, graphiste. Elle me racontait ses stages dans les différents sites archéologiques étudiés dans le monde, dernièrement en Grèce. Elle était cultivée. Elle en restait modeste et attentive aux difficultés des plus démunis. Elle avait aussi un engagement passionné pour la cause animale. Elle disait toujours son point de vue, elle savait ce qu’elle voulait, avec franchise et calme.

J’avais fait appel à elle pour qu’elle apporte ses connaissances et son altruisme au sein du conseil municipal. C’est ainsi qu’elle avait rejoint avec une certaine fierté notre liste « Ensemble Saint-Amand au cœur ». Elle a été élue avec ma nouvelle équipe. Elle attendait avec impatience le temps de la mise en œuvre de nos projets, mais la situation de crise sanitaire a empêché de les engager.

Lundi dernier, Déborah m’envoyait le message suivant : « Cela fait un mois qu’on ne s’est pas vu !… J’ai hâte de reprendre une vie normale… N’hésite surtout pas si tu as besoin de quoi que ce soit… Je vous embrasse Michèle et toi. »

J’avais prévu de lui confier le suivi des projets d’aménagement du pont du XVIIe siècle apparu dans les fouilles devant notre Tour abbatiale. Elle m’avait donné évidemment son accord et manifesté son enthousiasme pour cette première tâche qu’elle se verrait confier au conseil municipal. Le mauvais sort en a décidé autrement malheureusement, ses compétences professionnelles et ses qualités humaines auraient été bien utiles.

Nous perdons une belle personne qui aurait pu beaucoup apporter encore aux destinées de notre cité thermale. Nous la pleurons, mais son souvenir sera gravé à jamais dans nos mémoires.

Au nom du conseil municipal, de la liste « Ensemble Saint-Amand au cœur », je renouvelle nos condoléances et notre soutien à toute sa famille et à ses proches.

Quand les conditions seront réunies après la crise sanitaire nous rendrons l’hommage qui lui est dû à notre chère Déborah.